RDV d’Octobre sous le soleil

Vous avez raté l’événement d’Octobre 2021, retrouvez ici toutes les photos et la présentation par Jean Pierre MORAIN des voitures invitées.

Enfin le soleil tout au long de l’après-midi !

Malgré les vacances les exposants sont venus, un peu moins nombreux qu’habituellement, mais la variété du plateau, très peu de doublons, a permis de profiter d’une exposition originale où chaque voiture était mise en valeur.

Point fort du rassemblement : la présentation détaillée et simultanée de 2 voitures, une ancienne (Triumph GT6 de 1971) et un moderne (Alfa-Romeo 4C de 2016), l’occasion d’analyser l’évolution de l’automobile en 50 ans aussi bien en termes de conception, de fabrication et de performances techniques et dynamiques.

Crédit Photos : Hphoto.fr

Galerie photos  –  1

AUDI TT RS

Première GUEST du jour

Crédits – Texte : Jean Pierre MORAIN – Photos : HPhoto.fr

ALFA ROMEO 4C

L’ ALFA 4C : 4C tout simplement pour 4 cylindres mais également un clin d’oeil aux Alfa de course des années 30 ( les 6 et 8C ), présentée au salon de Genève en 2013.

ALFA ROMEO

ALFA-ROMEO : fondé en 1910 à Milan par Nicola ROMEO, suite au rachat de DARRACK, constructeur français très connu à cette époque. Propriété de l’état italien de 1933 à 1986, aujourd’hui filiale du groupe STELLANTIS, 4ème groupe mondial automobile qui regroupe 14 marques automobiles dont FIAT-CHRYSLER et PEUGEOT-CITROEN.

ALFA = A(anonima) L (Lombarda) F (fabricca) A (automobili ) Traduction : Société anonyme Lombarde de constructions automobiles )

Le logo est identique depuis la création . Un serpent qui est l’emblème de la famille d’aristocrates VISCONTI et la croix rouge sur fond blanc le symbole de la capitale Lombarde MILAN.


SON HISTOIRE

Un peu d’histoire . En 1915 suite à l’entrée en guerre de l’Italie, ALFA-ROMEO est mis en liquidation car pas assez important pour produire des véhicules militaires. C’est une banque qui rachète la marque et qui en confie la gestion à …. Nicola ROMEO ! La production concerne alors des obus, lance-flammes,compresseurs et matériel militaire. S’en suivra, après la guerre la fabrication de locomotives, de wagons et de tramways.

Et c’est à partir d’un stock de 105 voitures non finies que Nicola ROMEO relance l’activité automobile,en 1920 avec une orientation compétition très marquée. Dans l’effectif de ses pilotes, outre le célèbre ASCARI, un certain Enzo FERRARI ( qui est également concessionnaire ALFA-ROMEO ). En 1929 ce dernier fonde la «Scuderia FERRARI» qui court sur ALFA. Saison triomphale en 1932 et renommée mondiale. Enzo FERRARI quitte la marque en 1939 pour fonder la sienne, on connaît le résultat !!!


7 ans de production

L’ ALFA 4C : 4C tout simplement pour 4 cylindres mais également un clin d’oeil aux Alfa de course des années 30 ( les 6 et 8C ). La voiture a été présentée au salon de Genève en 2013. La production s’est arrêtée en 2020, une triste conséquence des nouveaux règlements européens et mondiaux en matière d’émissions de CO2.

Des quotas qui s’appliquent à la gamme complète des véhicules fabriqués par une marque. Du fait d’une faible production de modèles ALFA, la 4C est touchée de plein fouet. Le risque de payer des amendes au montant astronomique est trop fort pour ALFA qui va orienter dorénavant sa production vers l’hybride et l’électrique.

La 4C en fait les frais !!! Et le groupe STELLANTIS n’a pas d’état d’âme pour faire des concessions aux quelques puristes qui ne représentent rien en terme de chiffre d’affaires.


UNE VRAIE SPORTIVE

Raison de plus pour s’attarder sur cette 4C qui n’a été produite qu’à 9195 exemplaires, ce qui en fait d’ores et déjà une voiture rare dont la valeur ne va faire que s’accroître avec le temps.

La philosophie de la voiture : sportivité avant tout. Pour ce faire une construction faisant appel à l’aluminium, la fibre de carbone, la fibre de verre. Résultat : moins de 900 Kgs sur la balance. Un moteur en position centrale arrière 4 cylindres Turbo de 1,7L développant 241CV, un rendement moteur de 138CV au litre ! ( petit comparatif avec la dernière Mustang Mach1, 5.0l, 460 CV soit 91CV au litre …le grand calme !!! relatif ).

Boite 6 vitesses robotisée avec 4 modes de conduite, la position «Race» permettant d’abattre un 0 à 100 Kms/H en 4,2 secondes, remarquable et efficace.

Le tout sans direction assistée, le plaisir de piloter cette petite bombe est viril, ce qui en fait son charme !

La 4C D’Olivier

4C Limited Edition

Série spéciale de 50 exemplaires

Année de fabrication 2016. Acquise en Janvier 2018 par annonce sur le Bon Coin, 6500 Kms au compteur, aujourd’hui 40000 Kms sans problème particulier.

C’est une série spéciale «Limited Edition» produite à 50 exemplaires ( feux avant spécifiques, échappement Racing, intérieur cuir et jantes plus grandes ). Olivier a craqué pour cette voiture, un coup de coeur esthétique bien sûr mais également motivé par la légèreté, l’agilité, la sportivité du modèle.

Après avoir possédé une NISSAN GTR, une CAMARO et une MAZDA RX8 à moteur rotatif, Olivier aime goûter à différents styles de voitures et de conduite !

Nul doute que celle-ci lui apporte du bonheur de pilotage et des sensations, et en plus, elle participe à l’entretien des muscles de ses bras !!! Que du bonus … à l’heure où l’on parle sans cesse de Malus.


Galerie photos  –  2

Espace Boutique

OThoiry Club

Retrouvez ici,  les articles exclusifs OThoiry club.

Connectez-vous pour consulter la boutique dédiée OThoiry Club
Si vous n’avez pas encore de compte , il suffit de cliquer sur “Vous abonner” en bas du formulaire.

Hphoto.fr

[products limit=”4″ columns=”4″ orderby=”id” order=”DESC” visibility=”visible”]

Seconde GUEST du jour

Crédits – Texte : Jean Pierre MORAIN – Photos : HPhoto.fr

TRIUMPH GT6

Produite de 1966 à 1973 ce petit coupé sportif à prix raisonnable complète la gamme et s’ajoute à la très fameuse Spitfire..

TRIUMPH

Marque fondée en 1885 par un Allemand , Siegfried BETTMAN, importateur de bicyclettes en Grande-Bretagne, à Londres.

Le nom TRIUMPH, qui s’écrit ainsi aussi bien en allemand qu’en anglais se traduit simplement par Triomphe, synonyme de «Succès, victoire», un choix marketing très judicieux.

Avant de commencer l’aventure automobile en 1921, la société excelle dans le domaine de la moto depuis 1902 et persiste encore aujourd’hui sous la direction d’un homme d’affaires, John BLOOR, branche totalement indépendante de TRIUMPH Automobiles.

Moins de succès pour l’automobile puisque la production des voitures s’arrête en 1984 : les droits appartiennent à présent à BMW qui a gardé précieusement le nom TRIUMPH dans ses tiroirs, peut-être pour l’avenir ?

LA TRIUMPH GT6

Produite de 1966 à 1973 ce petit coupé sportif à prix raisonnable complète la gamme et s’ajoute à la très fameuse Spitfire, le petit roadster fabriqué de 1962 à 1980 et qui durant ses 18 années s’écoulera à plus de 315000 exemplaires.

La GT6 s’inspirait à l’origine de la Spitfire, sous forme de coupé avec un toit rigide.

Mais le surcroît de poids consécutif à cette carrosserie associé au petit 4 cylindres 1147cm3

de la Spitfire ont fait que ce projet à été abandonné. La GT6 a fait ainsi l’objet d’un programme spécifique faisant de celle-ci un modèle bien spécifique.

Anecdote : En 1965, aux 24 Heures du Mans, des spitfire avec carrosserie allongée ont couru et gagné ( dans leur classe ). La publicité faite autour de ce «triumph» a profité à la GT6, les acheteurs assimilant leur voiture, du fait de la ressemblance, à celle du Mans ! Mais en réalité la fabrication n’avait rien de commun, peu importe, ce fut un coup de boost marketing que la marque ne dénigra pas.

UN PLACEMENT DIFFICILE

A nouvelle voiture, nouveau moteur : la GT est équipée d’un 6 cylindres en ligne, d’où son nom, cylindrée 2 litres pour une puissance de 105CV, suffisant pour emmener les moins de 900Kgs de la voiture à 188Kms/H. 3 versions MK se succéderont durant les 7 ans de production, avec peu de modifications, la dernière étant la MK3.

Le succès a été modeste et seuls 13042 modèles furent vendus.

Il faut dire que le placement de la GT6 dans la gamme, comme intermédiaire, ne lui a pas porté chance.

Avec la réussite de la Spitfire et l’arrivée des nouveaux modèles, les TR4, voitures beaucoup plus sportives et modernes qui connurent un engouement, notamment aux Etats-Unis ( plus de 94000 exemplaires ).

SA RARETE LUI OFFRE UNE SECONDE VIE

La GT6 s’est trouvée «cannibalisée» par ses propres consœurs, d’autant que TRIUMPH a refusé la version Cabriolet de la GT6, pourtant souhaitée, afin de ne pas nuire à la TR4.

La GT6, surnommée «la petite Jaguar Type E, celle du pauvre» ( j’en retiendrai un compliment et non pas une moquerie ! ) s’est éteinte tranquillement, quelque peu dans l’indifférence, mais aujourd’hui sa rareté en fait tout son charme.


La GT6 de CYRIL

TRIUMPH GT6

Coupé MkIII

Acquise en Mai 2020 suite à une petite annonce sur Le Bon Coin.

Cyril n’avait pas d’objectif précis et c’est un coup de coeur qui a dirigé son choix en découvrant l’annonce et les photos de la voiture, il ne connaissait pas ce modèle, à peine la marque !

Fabrication en Décembre 1971, importée des USA, la conduite est à gauche mais le compteur est resté en Miles. A ce jour 75000 miles soit 120000Kms.

Pas de problème particulier depuis l’acquisition. Sorties loisirs en club et promenades.

C’est en Septembre 2021 que nous avons découvert cette belle voiture ancienne lors de notre rassemblement mensuel, et avons proposé à Cyril d’en faire une présentation détaillée.


Galerie photos  –  3

>>>> Incomplet, images en cours de transfert <<<<